Les pépins d’une épopée pas pépère

1629… ou l’effrayante histoire des naufragés du Jakarta, de Xavier Dorison & Thimothée Montaigne (Glénat) — Le vent du large souffle sur ce récit spectaculaire, qui s’inspire de faits réels : l’effroyable expédition d’un navire vers les terres australes au XVIIe siècle. Vent du large, certes, mais surtout vent mauvais, attisé par l’appât du gain et les enjeux de pouvoir.

Dans le Grand Rien, personne ne vous entend bugger…

Deep Me, de Marc-Antoine Mathieu (Delcourt) — Marc-Antoine Mathieu vient prouver une nouvelle fois sa singularité totale dans le monde du neuvième art. Avec cette œuvre « au noir », il nous offre une vision métaphysico-poétique vertigineuse où la philosophie dialogue avec les technosciences.

Qui a peur du grand méchant wendigo ?

Colorado Train, d’Alex W. Inker (Sarbacane) — Alex W. Inker, est fasciné par les croquemitaines des temps modernes, aussi indissociables de l’Amérique que le hamburger ou la Statue de la liberté. Avec cette adaptation du roman de Thibault Vermot, il nous livre un hommage glaçant à Stephen King.

Saint-Elme, buvez, éliminez !

Saint-Elme, tome 3 : le porteur de mauvaises nouvelles, de Serge Lehman & Frédérik Peeters (Delcourt) — Pour les lecteurs assidus de cette série hors normes, ce tome 3 ne sera certainement pas une mauvaise nouvelle ! Lehman et Peeters sont définitivement à la pointe du genre franco-belge et le prouvent ici avec brio.

Cauchemar U.S. en cinémascope

Meurtre télécommandé, de Paul Kirchner et Janwillem Van de Wetering (Tanibis) — Une enquête policière dans une Amérique où un surréalisme inquiétant envahit un réalisme clinquant. Près de quatre décennies après sa première parution, cette BD inclassable de Paul Kirchner trouve enfin sa porte d’entrée vers la France et la francophonie.

Le minotaure sans torts

Astérios le minotaure, de Serge Le Tendre et Frédéric Peynet (Dargaud) — L’homme à tête de taureau a souvent été vu comme une des créatures les plus effrayantes du bestiaire mythologique grec. Serge Le Tendre et Frédéric Peynet lui redonnent « visage humain » dans un récit qui, sans être inoubliable, reste plaisant.

L’histoire d’un « homme parfait »

L’Arabe du futur – Une jeunesse au Moyen-Orient, de Riad Sattouf (Allary Editions) — Le 24 novembre, soit dans quatre jours exactement, paraîtra le sixième et dernier tome de L’Arabe du futur, un événement éditorial incontestable. L’occasion de revenir sur les précédents volets de cette série dont personne n’avait prévu le succès, digne d’un conte de « péri ».

Deux mamans, deux papas, la vie au pluriel

Fils & Pères, d’Anthony Bertrand (La Boîte à Bulles) — « Nom d’une pipe en bois bandé, le lobby LGBTruc continue sa satanée propagande »… Du calme, cher « lobby des valeurs menacées », il s’agit ici du simple témoignage d’un type ordinaire qui aime juste les mecs et veut être papa…

Au pied de la falaise

Jamais : le jour J, de Bruno Duhamel (Grand Angle) — Les « vieux fourneaux » ont une frangine et elle s’appelle Madeleine. Cette petite BD ancrée dans l’actualité, qui évoque sans plomber l’ambiance les effets perceptibles du réchauffement, s’adresse à tous les résistants de 7 à 77 ans…

La gaule des militaires

Un général, des généraux, de François Boucq et Nicolas Juncker (Le Lombard) — En 1958, la France, à la faveur de la guerre d’Algérie, était au bord du chaos. Cette BD relate avec une délicieuse causticité comment une poignée de généraux avait entrepris de mener un coup d’Etat contre la République.